MENU

Souvenir de rando itinérante, de raquettes et de rando avec les ânes en Ardèche

Marie-Rose F. 30/01/2019

Un pays où l'on revient

J'ai fait connaissance de la Montagne ardéchoise, il y a quelques années, à la faveur d'une randonnée itinérante accompagnée par Olivier Mathis. Notre groupe, passionné de nature, découvrait chaque jour des paysages nouveaux. Le murmure des ruisseaux accompagnait nos marches, une flore exceptionnelle colorait les prés dans la lumière d'un début d'été et le sommet des sucs nous ouvrait des horizons infinis. Chaque soir nous étions attendus dans un gîte différent qui nous offrait le meilleur. L'organisation était parfaite et nous étions sûrs que demain serait aussi beau qu'aujourd'hui. Bien avant la fin du séjour je savais que je reviendrai !
Je suis revenue en hiver pour un weekend raquettes en février. La neige recouvrait le paysage mais l'air était doux et le chaud soleil de midi nous avait permis de pique-niquer sous un ciel d'un bleu intense, avec le somptueux spectacle de la chaîne des Alpes pour horizon.
J'ai aussi connu un mois de février nettement plus agité avec, au programme, la mythique burle. La burle, j'en avais entendu parler, la vivre fut une expérience inoubliable. Notre groupe de courageux n'aurait manqué pour rien au monde sa sortie quotidienne en raquettes. La montagne ardéchoise nous montrait sa force, sa rudesse et sa sauvagerie, terre et ciel ne faisaient qu'un laissant toute la place au froid, à la neige et à la rage du vent. Notre guide nous ménageait des parcours abrités nous faisant traverser des forêts de contes de fées, et nous emmagasinions un maximum de chaleur autour de tables généreuses pendant la halte de midi.
Une autre expérience a été celle d'une randonnée itinérante avec ânes et petits-enfants. En plus d'Eric et Olivier, nos accompagnateurs, il y avait là, trois grands-mères, sept enfants, garçons et filles de 14 à 10 ans. Merveilleuse école pour apprendre à vivre en groupe, découvrir l'autonomie, penser au bien-être des animaux avant le sien même si, au retour, on a un peu chaud, un peu soif et que les jambes sont lourdes. Les enfants guidaient les ânes, devaient leur faire respecter les consignes et même apprendre les bonnes manières au plus jeune des trois qui entamait sa carrière ! La récompense prenait la forme d'une baignade dans la Loire, de ricochets dans la Padelle, d'une boisson bien fraîche, d'une montagne de frites dorées au diner, d'une veillée auprès du feu sous des millions d'étoiles... et d'une moisson de précieux souvenirs.
Des souvenirs qui nous ramèneront, un jour ou l'autre, sur les chemins de ce pays authentique, superbe et attachant.


Retour